Grossesse :: France vs Allemagne

L’inscription à la maternité

En France

On te presse un peu de t’inscrire, de réserver ta place, à croire que tu accouches dans la rue si tu n’as pas choisi de maternité.
Je n’ai donc pas dérogé à la règle et après une visite de la maternité je m’y suis inscrite à ma 18ème SA.

Je pense que dans certains cas les places sont limitées et que le personnel essaie de gérer un nombre moyen de naissances par jour (même si toutes les femmes n’accouchent pas le jour de leur DPA) et que donc on peut vous refuser l’établissement de votre choix lors de l’inscription parce qu’on considère qu’il ne sera pas en mesure de vous accueillir dans des bonnes conditions.

En Allemagne

Dans mon cas (städtisches Krankenhaus, hôpital de la ville), aucune inscription vraiment, il m’est seulement recommandé de venir 1 à 2 mois avant ma date d’accouchement pour remplir mon dossier médical et administratif, histoire de ne pas avoir à le faire le jour J, et préciser la possibilité d’une péridurale.
Pour les maisons de naissance je ne sais pas.

Le mot de Céline

Lorsque nous avons visite des maternités, j’ai été étonnée : les femmes commencent les visites quand elles sont presque en congé maternité (c’est à dire 6 semaines avant la date prévue). Je n’ai pas l’impression que l’on nous presse. Sauf peut-être pour la maison de naissance. Mais là, la démarche est différente et je pense qu’il est bon de préparer l’accouchement au plus tôt. Le seul truc pour lequel on nous a conseillé de ne pas s’y prendre trop tard c’est pour le Wochenbettbetreueung (la sage-femme qui vient chez toi après). Mais les maternités n’avaient pas l’air surbooké !

Pour ce qui est de la France, toujours entendu dire qu’il faut s’inscrire. Oui, sauf que si tu te présentes à la maternité, on ne pourra pas te refuser (illégal), donc je me pose des questions sur cela.

Le mot de MademoiselleK

à Berlin, certains gynécos pressent un peu pour l’inscription, d’autres non probablement comme partout d’ailleurs…très perspicace cette affirmation. On m’a conseillé de me manifester 6 semaines avant la date prévue pour une clinique de taille assez importante et tout s’est bien passé. Je suis allée à une soirée d’information/visite de locaux au préalable (organisées régulièrement dans tous les établissements). J’ai pris un rendez-vous pour l’anamnèse et les souhaits pour le jour de l’accouchement. La 3ème fois que j’y ai mis les pieds, c’était le jour de l’accouchement.

Il faut s’y prendre plus tôt pour certaines maisons de naissances qui n’ont par exemple qu’une salle d’accouchement. Nous étions tombés sur liste d’attente pour ce genre d’établissement par ex. parce que j’avais un peu trop attendu et sous-estimé la demande!

Publicités

11 thoughts on “L’inscription à la maternité”

  1. J’ai accouché à Berlin, ma sage-femme nous a accompagnés pour visiter la maternité un mois et demain avant le terme. Elle m’a aidée à m’inscrire ce jour-là je crois.

  2. Encore à Berlin, la maternité choisie nous a « attribué » (à ma demande) une sage-femme qui est venue nous rencontrer chez nous bien avant la naissance, histoire de se connaître, de voir si ça colle et de préparer la naissance et son lot de questions

    1. J’ai procédé dans l’autre sens, j’ai d’abord trouvé une sage-femme top et c’est ce qui a déterminé le choix de ma maternité 🙂

  3. pas mal aussi 😉

    je voulais rajouter, au cas où ce n’est pas clair: lorsque la clinique vous « attribue » une sage femme (quand on a pas envie/besoin d’en chercher une toute seule ou d’avoir une « beleg-hebamme » (présente avant, pendant et après l’accouchement), vous pouvez toujours, après l’avoir rencontré, refuser ou en rencontrer plusieurs si le courant ne passe pas! on ne reste pas avec une sage-femme avec qui on n’est pas à l’aise!

  4. hello j’ai vécu l’accouchement en allemagne et là je suis enceinte de 2 mois en france.
    Je tiens quand même à indiquer que là où je vis (alsace, bon ok c’est presque l’allemagne) j’ai demandé quand m’occuper de l’inscription à mon gynéco et la réponse fût: « vous avez tout votre temps » donc pour le coup je suppose que cela dépend des régions!!!

    1. Bienvenue Kiel-Strasbourg,
      Je pense que pour le coup (il n’y a qu’à voir les maternités, les salles d’accouchement et leur mode de fonctionnement chez toi) c’est plus allemand que français par chez toi 🙂

      1. oui bon je m’inquièterai autant qu’en allemagne concernant la péridurale et son acceptation par le corps médical
        a priori dans ma contrée alsacienne si tu choisi une maternité « pro enfant » tu peux t’attendre à devoir batailler un peu pour qu’on accepte tes désidératas périduraux….. mais j’ai pas encore expérimenté alors on verra
        c’est sûr qu’en Allemagne si la péridurale fait partie de ton projet, mieux vaut se renseigner très tôt sur les us et coutumes de l’hôpital (en tous cas, à Kiel!!!)
        mais je suppose que vous en ferez un post aussi

      2. On évoque la péridural dans le billet précédent sur le choix de la maternité https://grossesseenallemagne.wordpress.com/2011/10/31/la-choix-de-la-maternite-en-allemagne/

        Je suis surprise par les commentaires à ce sujet car ma sage femme m’a clairement dit que si j’envisageais l’option de la péridural il n’y avait pas de problème.
        Certes, on est pas dans une systématique comme pour la France, où beaucoup de femme n’envisagent même pas d’accoucher sans.
        Cela dit vous en avez vraiment fréquenté des femmes qui en Allemagne se sont vues refuser la péridurale alors qu’en France elles y auraient eu droit ?

      3. je ne parlai pas de refus mais bien d’une politique pro-nature que je ne critique pas mais qui n’est pas forcément celle que l’on attend lorsque l’on a pas mal de craintes,
        de plus, ce choix étant très personnel je ne vois pas en quoi le fait de ne pas envisager un accouchement sans péridurale soit mieux que celui de se poser la question de péridurale ou pas.
        J’ai eu le sentiment à tort ou à raison (barrière de la langue aussi puisque je ne maitrisai pas la langue) que il avait mieux savoir ce que l’on voulait!
        envisager l’option de la péridurale n’est pas un problème mais j’ai eu le sentiment d’être jugée

        donc je suppose que je ne dois absolument pas faire de généralités mais pour avoir discuté avec pas mal de personnes, si on envisage les choses « à la française » c’est quand même assez mal vu de prime abord et que l’on doit être capable de justifier son choix ce qui ne devrait pas être nécessaire

        et pour répondre à la question : je n’ai jamais eu vent d’une femme à qui l’on aurait refusé la péridurale mais ce n’était pas mon propos

  5. Les françaises que je connais dans le BW ont eu la péridurale à leur accouchement. Cela s’est très bien passé.
    Je sais qu’une avait préparé le terrain. Pour l’autre, je ne sais pas trop; mais elle a accouché par voie basse (avec péridurale auto-dosée donc) après une césarienne.

Les commentaires sont fermés.