Grossesse :: France vs Allemagne

Inscription nounou/crèche (Tagesmutter, Kinderkrippe, Kindergarten)

En France

J’ai postulé à 2 mois de grossesse pour qu’une crèche municipale accueille ma progéniture après mon congé maternité et j’ai été mise sur liste d’attente. Je crois que j’avais fini par avoir une place, mais entre temps j’ai déménagé en Allemagne.

Dans certaines villes il est recommandé de s’inscrire avant même de tomber enceinte.

En Allemagne

Je ne crois pas qu’il existe de système de garde, que se soit nounou ou crèche, qui fonctionne avant les 6 mois de l’enfant (nous reviendrons prochainement sur le congé parental allemand).
De manière générale il n’est pas facile d’avoir une place pour un enfant de moins de 3 ans, même si beaucoup de villes et/ou de centres universitaires font des efforts de ce côté là, et nous avons la chance que l’université employant mon mari en fasse partie.

A deux mois de grossesse j’ai postulé pour une place à mi-temps pour les 6 mois de Machin au Kindergarten universitaire où mon ainé passe déjà ses journées. C’est un établissement tout neuf qui accueille les enfants de 6 mois à 6 ans. Je suis sur liste d’attente et dois re-confirmer ma demande 6 mois avant la date de prise en charge souhaitée.

Notons au passage que l’Allemagne et son découpage administratif font qu’une partie des lois sont locales. Il y a deux ans dans mon land les nounous (tagesmutter) ont vu leurs conditions changer et il était presque mieux pour elles de garder 2 enfants au lieu de 5. Un changement qui n’a donc pas été en faveur des mères et de leur reprise « précoce » du travail, déjà bien en mal de garde d’enfant !

Travaillant chez moi, mon Ainé a d’abord eu une babysitter à domicile une dizaine d’heures par semaine à partir de ses 3 mois.
Vers ses 7 mois j’étais prête à le confier à l’extérieur et je souhaitais vraiment reprendre le travail efficacement, j’ai trouvé une tagesmutter pour le faire garder tous les jours de 11h à 18h.
A 2 ans et 2 mois il a eu une place de 9h à 16h dans la nouvelle KinderKrippe (crèche jusqu’à 3 ans) de l’université où travaille mon mari, qu’il a dû quitter à 3 ans pour le Kindergarden publique de notre quartier (8/9h – 14h) et quelques semaines avant ses 4 ans il a eu une place dans un nouveau Kindergarden de l’université (8/9h – 16h) dont il ne devrait plus bouger jusqu’à ses presque 6 ans. C’est là que Machin devrait le rejoindre.

Le mot allemand de Céline

En 2011, quand tu parles crèche avec un allemand (ou une allemande), il faut aussi expliquer ce qu’est une crèche : un endroit où tu laisses ton enfant pour aller travailler. Je pense que cette phrase résume en elle-même les possibilités et mode de garde des tout-petits. Heureusement, les choses changent et assez vite et plutôt bien !

Dans le Baden-Württemberg (et surement dans tout le pays), une loi a été mise en application en 2010, elle oblige les villes à compenser le prix d’une assistante maternelle s’il n’y a pas de place en crèche. Aucun allemand ne me parle de cette loi. Ce n’est vraiment pas connu, je ne sais pas pourquoi. Par contre, une autre loi va être mise en place en 2013 dans tout le pays (et là tous les allemands m’en parlent tout le temps… alors que 2013 c’est dans 1 an), cette loi oblige les villes à offrir suffisamment de place en crèche pour tous les enfants. A priori c’est mal parti pour les états de l’ouest qui ne rempliront certainement pas les critères (pas assez de nouvelle crèches sont mises en place pour arriver à compenser le retard), je ne saurais donc dire ce qui se passera : est-ce qu’il y aura plus d’aide pour les assistantes maternelles ? Ou est-ce que les Länder se contenteront de payer les amendes ?

A Stuttgart, il y a les crèches gérées par la ville Kindertageseinrichtungen (KiTS). Il faut faire la demande (combien de temps par jour, âge de l’enfant….)  jusqu’à une certaine date (15 février 2012), puis attendre le mois de mai pour savoir si notre dossier sera accepté et puis encore un peu pour une place définitive. La répartition se fait par quartier. C’est à dire que si vous habitez Stuttgart Mitte, vous ne pourrez avoir une place que dans les crèches de Stuttgart Mitte. Si j’ai bien compris, les demande se font de manière globale, on fait une demande pour toutes les crèches. Dans les villes environnantes, il me semble que c’est crèche par crèche qu’il faut faire la demande. La rentrée des crèches se fait en aout (et il y a 4 semaines d’adaptation, c’est à dire 4 semaines pendant lesquelles votre enfant ne sera pas gardé longtemps). Les tarifs sont fixés par la ville (et sur le site). Note : très peu de crèche prennent les enfants avant 1 an. A priori on peut s’inscrire avant la naissance de l’enfant.

Il existe des crèches privées. Je n’ai pas trop d’information à ce sujet (à noter que certaines n’acceptent pas les inscriptions avant la naissance).

En ce qui concerne la Tagesmutter, on m’a conseillé de commencer à chercher à partir de 4 mois avant de vouloir faire garder notre enfant. Le tarif n’est pas fixe c’est à dire le même pour toutes les Tagesmutter (et va jusqu’à 9€ de l’heure – sic). On paie au nombre d’heure et au nombre d’enfant dont la Tagesmutter s’occupe. Pour trouver une Tagesmutter, vous pouvez passer par des organismes qui vous aideront aussi dans les démarches administratives. Il existe des groupements de parents (j’ai oublié le nom en allemand) : le concept est qu’un groupe de parents paie un groupe d’assistantes maternelles et elles s’occupent « à tour de rôle » des enfants (je crois que cela existe en France sous le nom de crèche parentale).

Pour ce qui est de la garde ponctuelle comprendre babysitter, il existe aussi des organismes où on peut laisser son enfant de manière ponctuelle. A Stuttgart, on m’a aussi parlé de babysitter professionnelles (mais celles-ci ne travaille qu’en journée – donc pour faire garder son enfant quelques heures ou pour dépanner). Il existe aussi des associations diverses et variées pour ceux qui sont loin de leur famille, notamment.

Toutes les informations pour Stuttgart au Jugendamt, Familieninformation

A noter que les listes d’attente pour les crèches sont trèèèès longues (on m’a parlé de 2 ans d’attente, de 100 personnes devant toi) et vu l’offre pour les enfants de moins de 1 an, je pense que ce n’est pas si simple que cela de faire garder un petit bébé de moins d’un an.

De manière générale, je pense que le problème de garde n’est pas un problème limité aux 3 premières années mais bien sur toute la vie de l’enfant, puisque l’école termine à 12h (environ). La solution proposée par mes collègues pour remédier à ce problème est de travailler à mi-temps (sic). Note : mes collègues me demandent sans arrêt combien de temps je pars en ajoutant directement dans la question : 2 ans? 3 ans? Je crois qu’ils sont perplexes à l’idée que l’on puisse être mère et travailler.

Les assistantes maternelles en Allemagne s’appellent les Tagesmutter. Je déteste ce terme. A croire qu’un enfant pourrait avoir plusieurs mères, celle du jour et celle de la nuit.

Le mot allemand de MademoiselleK

Ma bête noire, pas un lundi sans penser « il faut absolument que je m’occupe de ça »…Pas un dimanche sans regréter de ne pas l’avoir fait…
Pendant la grossesse, je me suis inscrite sur liste d’attente pour 2 Kitas Franco-allemandes. Il en existe une dizaine à Berlin, 2 qui m’interessent niveau éloignement de mon domicile/travail. Ce sont en général de petites structures (env 30 enfants), la plupart prennent les enfants à partir de 2 ans, quelques unes dès quelques mois. Les listes d’attentes sont encore plus longues que pour les kitas allemano-allemandes j’ai l’impression, et il faut continuellement prouver son interêt – un peu comme pour un entretient d’embauche – voire y aller en pleurant de desespoir pour être pris… Beaucoup de parents qui doivent retravailler avant les 2 ans de l’enfant, autant dire beaucoup mais surtout de plus en plus, passent d’abord par une Tagesmutter, une nounou, en attendant que la liste d’attente de la Kita souhaitée diminue et qu’il soit enfin l’heure de faire le changement. Je ne me suis bien sûr et par totale inconscience pas encore trop penchée sur la question du comment trouver/choisir sa Tagesmutter et sur la difficulté de la chose…Je sens que je le paierai bientôt.

Lorsque l’on a besoin de trouver un moyen de garde, il faut se rendre au Jugendamt de son quartier/sa ville pour obtenir un Kitagutschein, en quelques sorte un « bon pour garderie/nounou », au plus tôt 6 mois et au plus tard 2 mois avant le début de la garde. Il faudra donner ce papier à l’insitution choisie pour s’y inscrire et bénéficier du calcul des frais qui vous seront demandés (calculés par rapport au salaire).

Publicités

9 thoughts on “Inscription nounou/crèche (Tagesmutter, Kinderkrippe, Kindergarten)”

  1. @MademoiselleK : j’ai pas eu ça de Kitagutschein, et on me l’a pas réclamé. Par contre pour la nounou et le kita de la ville, j’ai du remplir après des documents sur nos revenus pour les calculs des aides financières. Est-ce que le Kitagutschein dépendrait du land ?

  2. @celine : On reparlera mieux du congés parental dans le billet dédié à venir, il explique aussi beaucoup la mentalité des allemand(e)s par rapport aux modes de garde et pourquoi ils sont peu développés.

    Pour répondre à ta question sur les crèches (et kita) privées, elles sont généralement axées autour d’une philosophie : une religion, ou une idée de l’éducation (Montessori, Steiner…). Généralement les aides financières de la ville sont maintenues.

    Et pour la loi de compensation et d’obligation de création de place dont tu parles, c’est à partir de quel âge de l’enfant ? Il serait étonnant que cela soit valable avant les 12 mois de l’enfant mais je parierai plus sur ses 3 ans…

  3. Pour la loi de 2013, je dirais dès la naissance ou à partir de 1 an (à vérifier). Mais en gros, la loi dit qu’il faut assez de place pour tout le monde. Ce qui ne veut rien dire dans un pays où quasiment personne ne fait garder son enfant (avant 1 an voire avant 3 ans et même avant l’école). Comment peut-on savoir si on a assez de place ?
    C’est surtout que les allemands me cassent les pieds avec cela.
    Un article en anglais sur le sujet http://www.thelocal.de/society/20111107-38709.html ils disent que 16% des enfants entre 1 an et 3 ans ont des places dans le Land NRW (ca fait peur). et 20% pour le BW (le Land le plus riche d’Allemagne….).

    1. C’est une question de « demande » je pense : si personne ne réclame les places, parce que personne n’en a besoin, il n’y aura pas de nouvelles places.

      Je comprends ta position de « française » habituée à un retour au travail précoce.
      Et j’anticipe une citation du billet à venir sur le congé parental allemand justement :
      « On ne comprend rien à la politique Allemande de la mère au foyer si on oublie l’endoctrinement des enfants dans les structures collectives pendant le nazisme. La Famille est une protection contre le totalitarisme. »
      http://www.uniondesfamilles.org/pol-fam-allemande.htm

      S’il y a peu d’offres de garde en Allemagne (surtout de l’ouest) avant 3 ans c’est aussi parce qu’il y a peu de demandes, parce que pour le bien des allemands l’enfant est mieux dans le giron de sa mère…

  4. Je connais les raisons et ne dis pas que c’est completement négatif. C’est juste fatiguant de se sentir jugée et surtout de ne pas avoir le choix. Je sais que beaucoup y arrivent ici donc je me dis que c’est possible.
    Dans tous les cas, pour moi, élever un enfant ce n’est pas la tache de la mère, c’est un partage entre les 2 parents. Et pour le coup, c’est surement vrai que laisser un enfant en garde à 3 mois est pas top. Mais la solution allemande qui oblige les mères à être les seules en charge de l’éducation n’est guère mieux (pour moi).

  5. @Carpediem: Ok, je ne savais pas qu’on pouvait faire « sans » Kitagutschein, c’est peut-être effectivement une question de Land, je n’ai pas vérifié.

    L’Allemagne change (même si la politique de garde rame). Les grosses généralités du style « un pays où quasiment personne ne fait garder son enfant  » sont hyper radicales. Il manque effectivement énormément de place de Kita, il y a beaucoup plus de demande que de place, il manque aussi des miliers d’éducateurs/trices (je travaille dans ce domaine) mais il y a tout de même une prise de conscience à ce niveau, et ça bouge doucement, tout simplement et malheureusement aussi parce que de moins en moins de couples peuvent s’en sortir avec un salaire unique…Nounou, Krippe, Kita, dans la capitale, de nombreuses (même si encore pas assez) structures accueillent les enfants à partir de quelques mois si besoin.
    L’Allemagne n’est pas un pays peuplé uniquement de gens intolérents qui traitent les parents qui travaillent de mauvais parents 😉

    1. Encore une fois : grosse différence sur les mentalités Est / Ouest sur le travail des mères (et là j’en ai discute avec des allemands de l’Est qui avaient la meme approche que moi à ce sujet et ne comprenaient pas les allemands de l’Ouest…). A Berlin, les mères ont toujours travaille, c’était normal. Dans le BW, ce n’est pas quelque chose qui a toujours été normal et commun. Il suffit de voir la tête et la réponse des gens quand tu dis que tu veux reprendre après 7 mois pour comprendre qu’il y a un malaise. Je pense aussi que le fait que beaucoup de crèches n’accueillent pas d’enfants de moins de 1 an ne peut être seulement explique par un manque de personnel (surtout dans le Land le plus riche du pays). C’est plutôt vraiment une question de mentalité. Les gens n’ont pas l’habitude de faire garder leurs enfants à la fin du Mutterschutz. Mes collègues femmes de 30 ans m’ont d’ailleurs déjà dit que c’est horrible de faire cela…. De meme, des allemands (jeune encore une fois) nous ont aussi dit que la place de la mere est avec les enfants pour eux – pourtant ils vivent en France. C’est le job d’une mère. Je pourrais aussi parler des retours que j’ai eu de recruteurs qui bloquent sur le fait que tu puisses faire garder ton enfant. 
      Mais heureusement, comme je l’ai signalé, les choses évoluent 🙂

  6. Très intéressant ce blog !
    Pour le Kitagutschein à Berlin, quand les parents de l’enfant ne sont pas de langue maternelle allemande, on peut avoir, de droit, une place en Kita (enfin, il faut la trouver quand même, hein!), même quand on ne travaille pas (il me semble que ça vaut cependant seulement pour les plus de 2 ans et que c’est prévu de baisser cette limite à 18 mois).
    Par contre, certaines Kita, dont les franco-allemande (de type parental) sont de trop petites structures pour accepter des enfants avec des « Teilzeitgutscheine »… Ils ne prennent que des « volle Gutscheine » (7 à 9 heures). On n’a justement pas eu la place dans la Kita qu’on convoitait parce qu’on avait qu’un Teilzeitgutschein…

Les commentaires sont fermés.